Cartes Blanches à nos invité-e-s !

  • Gros plan

Pour le 30e anniversaire du festival, venez échanger avec les invité-e-s venu-e-s présenter les films qu'ils ont sélectionné à cette occasion !

 

Nous avons eu envie pour notre anniversaire de rendre visible la présence de ces cinémas latino-américains que l'association accompagne depuis 30 ans dans les cœurs du public à travers le vote dont le résultat est la programmation anniversaire de 16 films. Nous avons eu aussi envie que des invité-e-s, souvent ami-e-s de longue date du festival, avec parfois un lien insoupçonné avec l'Amérique laine, s'emparent des soirées et partagent avec nous des films qui les ont marqués. Des choix surprenants, des occasions de revoir ou découvrir des films que nous avions montré il y a (très) longtemps. Sans rien dévoiler, mais pour donner un peu de piment on peut dire qu'il y aura un copie restaurée d'un classique péruvien, une séance unique en copie 35mm d'un film brésilien qui a révélé une immense actrice dont le film qui l'a fait connaître à une nouvelle génération  sera également programmé. Vous pourrez également voir une adaptation récente d'un des plus grand auteur latino-américain contemporain, un film risqué et radical inédit, et un immense classique du cinéma mondial primé à Toulouse en 2002.

 

À l'occasion de cet anniversaire, Cinélatino offre cinq cartes blanches à des personnalités françaises qui vous présenteront des films qui les ont marquées. Venez rencontrer :

 

Rouge International est une maison de production créée en juillet 2007 par Nadia Turincev et Julie Gayet dont le catalogue comprend les films de Cristián Jiménez (Bonsái et Voix off) ainsi que Visages, villages de JR et Agnès Varda, Grave de Julia Ducournau pour ne citer que quelques films parmi d’autres.
Julie Gayet est née en 1972 à Suresnes. Thierry Cheze a écrit sur elle dans Studio magazine “C’est une enthousiaste. On passerait des heures à l’écouter parler sport, peinture, politique, de ses rôles récents et de ses projets à venir. Car elle aborde ce métier par le concret, jamais cachée derrière des rêves inaccessibles. A chaque fois, Julie Gayet crée, change de tête tout entière dans des rôles aux antipodes les uns des autres. Trop éparpillée ? Sûrement pas. Trop discrète ? Sans doute. Elle cultive peu l’art de se mettre en avant, mais sa curiosité sans chapelle parle pour elle.”
Nadia Turincev, est née en 1970 à Moscou, a grandi à Paris et étudié l’ethnologie à Nanterre. À l’âge de 12 ans, amoureuse d’Andrei Konchalovsky, elle commence à voir beaucoup de films, et débute, à 16 ans, comme stagiaire sur le tournage des Yeux Noirs de Nikita Mikhalkov avec Marcello Mastroianni. Avant Rouge International, elle a été en poste chez ACE et Europa Cinémas, Secrétaire Générale du Club des Producteurs Européens, programmatrice à la Quinzaine des Réalisateurs, directrice artistique du Festival de Moscou, experte pour MEDIA Développement.

 

 

Edouard Waintrop : Après avoir travaillé six ans à Montreuil, comme animateur (spécialisé dans le cinéma et le jazz), il entre en 1982 à Libération... Cette année-là (à moins que ce ne soit la suivante), la Cinémathèque française rend hommage à Frank Capra avec une belle rétrospective qu'il suit pour Libération. Il aimait déjà Frank Capra. En 2007, il devient directeur du festival international du film de Fribourg. Cette année-là, Damián Szifrón n'est crédité de rien mais il vient de signer une série, Hermanos y detectives, pour la télévision fédérale argentine et Édouard a déjà beaucoup aimé son film de 2003, El Fondo del mar. En 2014, Szifrón fera rire le festival de Cannes (section officielle) avec Relatos salvajes. En 2011, Waintrop est choisi pour prendre la tête de la Quinzaine des Réalisateurs et il sera très fier d'y présenter, entre autres, No et Neruda de Pablo  Larraín, La Danza de la realidad d’Alejandro Jodorowsky, Refugiado de Diego Lerman... En juin 2018, il quitte la Quinzaine des Réalisateurs et il parlera castillan six mois sur douze.
 

 

 

Nahuel Pérez Bizcayart (1986), est un acteur argentin révélé en 2017 au grand public par deux rôles, celui de Sean dans 120 battements par minute, film incontournable de cette année, qui lui vaut une nomination aux Césars (dont il est le grand favori), et Au revoir là haut, d’Albert Dupontel (plus de 2 millions de spectateurs). Nous avions eu le plaisir de l'accueillir à Toulouse pour les 20 ans de Cinélatino en 2008 à l'occasion d'une rétrospective de sa filmographie argentine. En effet, son immense talent était déjà une évidence dans Tatuado, Cara de queso, Glue et La Sangre brota. Il fait partie de la génération de jeunes acteurs, aux côtés d'Inés Efron (avec laquelle il a joué dans plusieurs films), Martín Piroyansky, Julieta Zylberberg formés par Nora Moseinco qui disait de lui “Nahuel donnait déjà l’impression d’être hors du temps. Ou d’avoir sa propre temporalité. Comme s’il avait le monde en lui. On sentait qu’un processus créatif pulsait à l’intérieur. Un délice !” Lauréat en 2008 du prestigieux Prix Rolex Mentor, Nahuel a entamé une carrière qui l’a mené aux États-unis, où il a intégré la troupe de Willem Dafoe, puis en France où il a joué dans les films de Benoît Jacquot, Rebecca Zlotowski…* Cité dans l'article de Libération du 23/10/17.
 

 

Anne-Marie Métailié est la fondatrice et directrice des éditions Métailié qui ont vu le jour en 1979 et sont spécialisées dans la littérature lusophone et hispanophone (ce qui n’exclut pas d’autres aires géographiques) avec un catalogue de plus de 1000 titres.
 

 

 

 

 

 

Serge Pey : Par ses multiples voyages sur le continent américain (États-Unis et Amérique latine : Mexique, Pérou, Chili, entre autres), Serge Pey est un des poètes dont l’oeuvre et la réflexion poétique se confrontent le plus explicitement avec l’histoire américaine, son histoire littéraire et artistique. Lié aux poètes de la Beat Generation, il sera capable de retrouver leur influence au Mexique (où il vivra les événements de 1968, puis où il rencontrera Octavio Paz, et suivra également le mouvement néo-zapatiste). C’est là aussi et à diverses reprises ultérieurement qu’il met en coprésence des pratiques comme celles du chamanisme amérindien et des formes occidentales d’ésotérisme (tous deux présents dans l’oeuvre de Pey). De nombreuses oeuvres naissent de cette poésie-action. C’est ainsi que le séjour de Serge Pey au Chili au moment du Front populaire d’Allende (dont naîtra par exemple le livre Agenda rouge de la résistance chilienne (2014) renvoie de nouveau à la poésie engagée de Pey et nous entraîne dans des exils plus récents encore que ceux de la Guerre Civile espagnole.