La Película - Alfredo Castro, portraits de personnages

  • 33èmes rencontres (2021)
  • La Pelicula
  • Pélicula à la une

ALFREDO CASTRO, PORTRAITS DE PERSONNAGES

Imaginons une déambulation dans une salle de musée qui alignerait sur ses murs des portraits : un sosie de John Travolta raté et délateur, un arriviste dévoué à la cause de la dictature, un bourgeois qui drague les jeunes garçons, un ancien colonel sous Pinochet, un enquêteur obstiné et manipulateur, un grand-père violeur, un photographe complice d’un génocide, un patron exploitant des ouvriers émigrés noirs, un père qui sort de prison, un travesti pauvre et vieillissant. Une galerie de personnages paraissant peu recommandables, repoussoirs à toute empathie, contre-figures de la réussite. Mais on pourrait les voir autrement : par la lorgnette de leur fragilité, de leurs doutes, de leurs élans brisés. Le comédien perçoit, ou crée, cette face cachée, sans pour autant forcer la sympathie. Est-ce un appétit pour les personnages troubles, le goût du défi, un espace de liberté pour créer à sa guise loin de tout stéréotype qui ont conduit Alfredo Castro à interpréter de tels rôles ?
La 33e édition de Cinélatino offre à voir dix films dans lesquels l’acteur apporte sa touche, discrète et puissante à la fois. Toutes les histoires se développent sur des terrains différents mais la menace sourde, la critique sociale, les effets délétères de la dictature sur la population sont des constantes qui les rassemblent. Lorsqu’il a commencé sa carrière d’acteur, au théâtre en 1976, Alfredo Castro a choisi : “Le témoignage a été ma méthodologie, ma technique, la base de mon travail et je pense maintenant que la première pièce que j’ai jouée dans ma vie professionnelle était liée au témoignage”.*
La visite de ses films anime et lie des images mobiles, odieuses ou touchantes, de caractères qui secouent la morale, les représentations du bien et du mal, dans des histoires secrètes entre humains.

Marie-Françoise Govin