Programmation (2021)

 

Cinélatino, Rencontres de Toulouse  du 19 au 28 mars l du 9 au 13 juin 2021


 

PROGRAMMATION DE LA 33E ÉDITION DE CINÉLATINO

Cette année, le festival met en exergue la thématique de "L'Humour", il mettra à l'honneur Alfredo Castro, grand acteur chillien et traitera le travail de Sarah Maldoror, réalisatrice antillaise ; Fernando Solanas, réalisateur argentin ; Enrique Colina, réalisateur cubain ; et Paul Leduc, réalisateur mexicain avec plus de 150 films, de nombreux échanges avec les réalisateurs, des expositions, concerts…

Retrouvez la programmation complète en mars 2021 !

 

Compétitions

découvertes

Reprises

Muestra

Jeune public

Autour du cinéma

CINÉLATINO EN RÉGION

 

 

Compétitions


 

Douze longs-métrages de fiction, sept documentaires feront leur première française à Toulouse et une quinzaine de courts-métrages compléteront la sélection. Une sélection parmi des films récents et d’une grande diversité, explorant les différentes facettes de l’Amérique Latine.

 

 

Découvertes


 

Vibrante, politique, intense, émouvante…
Une sélection de films en sortie nationale et en avant-première à découvrir dans nos salles partenaires à Toulouse, en Occitanie et au-delà.

 

 

 

Reprises


 

Pour voir et revoir les films latinos qui sont déjà sortis en salle....

 

 

 

Muestra


  • OTRA MIRADA

Cinélatino et La Cinémathèque de Toulouse portent leur attention sur un “autre regard”, celui de la documentariste brésilienne, Maria Augusta Ramos. Ses films combinent une approche observationnelle à une analyse des fonctionnements institutionnels, révélant ainsi le pouvoir à l’oeuvre sous la surface de la vie quotidienne, tout en ne sacrifiant rien à la forme, épurée, musicale et nette. Vous pourrez découvrir sa trilogie sur la justice (Justiça - 2004, Juizo - 2007, Morro dos Prazeres - 2013). Dans O Processo (présenté à Berlin), Maria Augusta Ramos saisit “l’effondrement des institutions démocratiques comme un drame antique” (Mediapart), que représente le processus de destitution de Dilma Rousseff. Elle a reçu en 2013 le prix de la fondation Helsinki pour les droits de l’homme en récompense de l’ensemble de son oeuvre. La réalisatrice est à Toulouse pour accompagner ses films dont le dernier, Não toque em meu companheiro, est dévoilé en première mondiale. Une programmation réalisée en coproduction avec La Cinémathèque de Toulouse et en partenariat avec DOC-Cévennes et La Cinémathèque Documentaire.

 

  • FOCUS L'HUMOUR

L’essence de l’humour. La comédie latino-américaine récente fera l’objet d’un cycle d’une dizaine de films. Puisant dans l’humour le plus léger et tendre au plus noir, sarcastique et absurde en passant par la comédie musicale, des réalisateurs et réalisatrices choisissent les voies du rire et du divertissement pour mettre en scène des situations et sociales ancrées dans la réalité : narcos colombiens, famille argentine, vampires cubains, candidat à l’élection présidentielle, manipulation médiatique au Mexique, pression immobilière à Sao Paulo, exilée péruvienneen Argentine… Une dizaine de films, qui prennent du recul sur le monde en riant mais pour mieux résister au désespoir, illustre la vitalité, l’efficacité et la portée de l’humour cinématographique latino-américain.

 

  • Focus ALFREDO CASTRO

Alfredo Castro est l’un des acteurs les plus primés du cinéma chilien et le plus loué et respecté par la critique. Directeur d’une école, d’un théâtre et d’une troupe du nom de Teatro de la Memoria, metteur en scène, scénariste, acteur, il incarne le plus souvent des personnages tourmentés avec sobriété et complexité. Ce n’est qu’à 50 ans, en 2006, qu’il aborde le cinéma, dans Fuga, premier film de Pablo Larraín, alors inconnu du public. Pour son deuxième opus, Tony Manero (2008), Pablo Larrain fera appel à Cinéma en Construction à Toulouse, révélant aux professionnels du cinéma le talent d’un acteur hors normes, il remportera le Prix Cinéma en Construction avant d’entamer à Cannes, à la Quinzaine des Réalisateurs, un long parcours dans les festivals et les salles de cinéma. Alfredo Castro est devenu par la suite l’un des acteurs fétiches du désormais célèbre Larrain, avec 6 films à son actif.

 

  • FOCUS SARAH MALDOROR

Sarah Maldoror, cinéaste militante antillaise dont l’œuvre foisonnante reste invisible, a réalisé de nombreux portraits d’artistes latino-américains et caribéens. Pour Alice Leroy et Raquel Schefer, « l’audace et générosité du cinéma de Maldoror nous libèrent de la litanie des silences de l’espoir. » Elle est une des rares à partager sa découverte du poète guyanais Léon-Gontran Damas, du peintre russe Vladi, de la musicienne-chanteuse Toto Bissainthe, artistes qui fusionnent puissance créatrice et engagement politique. Elle décède en avril 2020 des suites de la Covid-19.

 

  • FOCUS ENRIQUE COLINA 

Réalisateur d’une œuvre mordante, pleine d’humour jusqu’à la dérision, les documentaires d’Enrique Colina s’attachaient à montrer la réalité cubaine des années 1980 et s’amusaient de tous ses travers. Il s’était lancé dans la réalisation cinématographique avec des reportages journalistiques et avait enchaîné avec des documentaires et des courts métrages de fiction drôles et décapants. Enrique Colina fut aussi notre invité en 1991 et bénéficia dès l’année suivante d’une convention d’échange signée dans le cadre Rencontres de Toulouse, entre l'ENSAV de Toulouse et l'école de San Antonio de los Baños, à Cuba.

 

  • FOCUS PAUL LEDUC

Paul Leduc fut un invité de marque dès la troisième édition des Rencontres en 1991. Icône du cinéma social d’avant-garde et du cinéma indépendant depuis les années 1970, sa filmographie conjugue un regard de témoin sensible au social et une rigoureuse et sobre conception esthétique. Combinaison d’évocations historiques, de réalités sociales et de maîtrise filmique, ses films ont suscité les éloges de la critique internationale et ont conquis un public cinéphile bien au-delà des frontières mexicaines.

 

  • FOCUS FERNANDO SOLANAS

Fernando Ezequiel Solanas, dit Pino, cinéaste et homme politique argentin, est une figure essentielle de réalisateur engagé politiquement et esthétiquement. Il avait l’ambition d’ouvrir une troisième voie au cinéma, ni étatsunien ni européen. Il a marqué son temps par l’œuvre qui le propulse sur le devant de la scène cinématographique nationale et internationale : @L’Heure des brasiers@ , long documentaire de quatre heures tourné clandestinement Il est décédé à Paris le 6 novembre 2020 de la COVID19 à l’âge de 84 ans.

 

  • PANORAMAS DES ASSOCIATIONS

Sélection de documentaires choisie en partenariat avec des associations militantes.  L’occasion de donner une lecture nouvelle des sociétés latino-américaines. Les projections sont suivies de débats.

 

 

 

 

  • TANGO

Films et animations autour de cette danse emblématique de la culture latino-américaine, présentés en partenariat avec des associations toulousaines consacrées au Tango.

 

 

 

 

Jeune public


Le festival Cinélatino met en place une programmation destinée aux enfants de 6 à 12 ans pour partir à la découverte d’un cinéma venu d’ailleurs.
Transmettre le goût du cinéma, s’interroger sur l’image, rendre curieux, construire un regard sur le monde, reconnaître l’autre et vivre avec sont autant d’enjeux qui sous-tendent les actions menées avec le jeune public dans le cadre de Cinélatino.
Nous vous donnons rendez-vous en mars 2021 pour de nouvelles aventures cinématographiques !

 

Voir la programmation

 

AUTOUR DU CINÉMA


En parallèle des projections, Cinélatino propose différents événements qui feront vivre la ville de Toulouse au rythme des cultures latino-américaines.

Au programme : des rencontres avec les réalisateurs, des rencontres littéraires, et des expositions !

 

 

 

 

CINÉLATINO EN RÉGION


Le cœur du festival bat son plein tous les ans au mois de mars à Toulouse, mais également dans les régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine au travers du dispositif Cinélatino en région, mis en œuvre en partenariat avec l’ACREAMP.

Le public est au rendez-vous depuis plus de dix ans maintenant ! En 2019, plus de 9 800 spectateurs, dont 3 650 scolaires sont venus découvrir dans la cinquantaine de cinémas la programmation de films latinos proposée par Cinélatino et l’ACREAMP.

 

Cette année, si la situation nous le permet une vingtaine de films, dont des avant-premières sont proposés dès le mois de février dans le réseau de salles participantes. Au total, près de 400 projections seront organisées, dont de nombreuses en présence des six invités en tournée et une trentaine à destination des scolaires.